Bordeaux

Vincent Feltesse à Darwin un dimanche après-midi

Il ne s’agissait pas d’une réunion de fin de campagne car il reste encore une poignée de jours mais plus d’un séminaire de motivation ouvert à tous. Le site à disposition des visiteurs dès midi a permis de répondre à ceux qui voulaient pique-niquer sur place, histoire de bien lancer la journée sous le soleil. Lors des discours c’est près de mille sympathisants qui ont fait une ovation aux orateurs présents en général et à Vincent Feltesse en particulier.

Choix judicieux de Darwin sur la rive droite pour cette rencontre, donc réunion plus bordelo-bordelaise que la réunion de Cenon. Dans le lieu qui porte le nom du père de la théorie de l’évolution, Vincent Feltesse s’est posé en chantre de l’évolution de Bordeaux qui demande une vision d’avenir. Emmanuelle Ajon était en quelques sorte la puissance invitante car c’est elle qui a piloté l’opération sur son territoire et un Daniel Jault très présent avec les ateliers qui se sont déroulés toute la journée sous les couverts du site. Il faut dire que le lieu se prête à ce genre de manifestation avec ses immenses parties couvertes et les thèmes chers à la liste de Vincent Feltesse y étaient présentés et discutés autour de tables conviviales avec instauration de mini débats. De nombreuses visites de soutiens, d’amis ou de connaissances qui étaient présents ou l’on a pu reconnaître Marcel Desvergnes président d’AEC, Marie Bové venue en voisine talençaise et bien d’autres. Sur les trois députés bordelais que compte la gauche, deux étaient présents à savoir Sandrine Doucet cette dernière apportant tout son soutien à Vincent Feltesse, son homologue Vincent Feltesse candidat à la mairie de Bordeaux. Philippe Madrelle avait fait le déplacement pour venir soutenir celui qui au début de sa carrière a été son collaborateur et sur lequel il fonde beaucoup d’espoir pour déloger Alain Juppé de son fauteuil de maire de Bordeaux après avoir été confronté à Jacques Chaban-Delmas durant de longues années. On a bien senti que les sondages peux favorables de ces derniers temps ont été balayés d’un revers de main en évoquant les sondages de 2002 de funeste mémoire qui donnaient Lionel Jospin gagnant et malgré tout, tout le monde y croit ferme. Etienne Parin est venu parler d’urbanisme en soulignant que le centre de Bordeaux ne représente qu’un vingtième de la métropole et qu’on ne peut pas s’occuper que d’un vingtième de la métropole. Pierre Hurmic a souligné qu’au rythme prévu par la mairie il faudrait 170 ans pour assurer la transition énergétique à Bordeaux. Il a eu un peu de peine a s’exprimer dans la pollution sonore ambiante sur la pollution atmosphérique, il souhaite travailler, pour tenter de résoudre ces problèmes en parfaite collaboration avec Michèle Delaunay dont il espère l’apport du savoir médical. Pour lui il faut prendre des mesures d’urgence car la situation est très grave et il faut apporter très rapidement des réponses en matière de déplacements urbains plus collectifs et moins polluants. En ce qui concerne Michèle Delaunay elle souhaite faire de Bordeaux une ville pilote de la transition démographique car demain 30% de la population aura plus de 60 ans et que d’ores et déjà c’est 50.000 bordelaises et bordelais qui ont franchi le cap "Nous voulons que cette transition soit joyeuse, chaleureuse créative avec la participation de tous". Elle a manié l’humour sur le sujet avec beaucoup d’à propos en précisant il faut demain que chacun ait sa place dans la vie bordelaise sous entendant qu’il soit jeune ou vieux. Pour clore les discours c’est un Vincent Feltesse très en forme bras de chemises retroussés qui a pris la parole en rappelant son combat pour que le rugby soit à Chaban et a souligné le ralliement d’Alain Juppé au bon sens populaire en précisant "mieux vaut tard que jamais" tout en ajoutant que s’il avait un peu plus assisté aux matchs , il aurait compris plus vite. Il a rappelé les chiffres de cette campagne en ce qui le conserne, il a frappé à 37.000 portes, il a participé à 111 apéritifs de proximité sans que son estomac donne des signes de fatigue, ni son foie de cirrhose et les militants ont distribué 250.000 tracts et il s’en est excusé auprès des écologistes. Il a spécifié qu’il s’était intéressé aux quartiers délaissés plus qu’au centre de Bordeaux et il a parlé emplois industriels essentiellement autour du refit. "Nous arrivons en fin de campagne et cette campagne a été riche en émotions" mais il a regretté que seul trois sujets aient émergés à savoir le Stade Chaban, le refit et peut être un peu la culture car pour lui si la campagne a manqué d’intensité c’est parce qu’ "Alain Juppé n’a pas souhaité dire ce qu’il allait faire." Il s’en est pris au Alain Juppé qui change de pied et qui n’annonce pas ce qu’il va faire, s’il va rester ou s’il va partir et si oui qui lui succédera. Il est vrai que dans la conjoncture actuelle on reste en droit de se demander vers quel horizon regarde l’actuel maire de Bordeaux. Il n’a pas manqué de lui reprocher son incapacité à faire émerger de nouveaux talents, son incapacité à dire ce que Bordeaux sera demain et les projets qu’il envisage pour la ville en relation avec la métropole. Globalement, une vigoureuse attaque contre le maire de Bordeaux qui s’est terminé sur une ovation des présents avant que la fête ne reprenne ses droits.

Plus de photos de l’évènement

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda