Floirac

Calogero, une tournée royale.

Calogero a fini sa tournée de 100 dates samedi 9 février 2019 au Zénith de Lille. Celui qui est venu présenter son 7ème album studio « liberté chérie » termine dans une salle comble dans le nord de la France.

Un album réussi où l’on retrouve des tubes comme « voler de nuit », « je joue de la musique », « 1987 », « fondamental » où le morceau « liberté chérie » et vendu à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. Le bassiste préféré des français, accompagné de ses fidèles musiciens dont le très réputé Christophe Dubois, range donc son instrument, et débranche les micros après des dates françaises/suisses/luxembourgeoises/belges, dans les Zénith, des Aréna, mais aussi dans les festivals les plus grands comme les Francofolies de La Rochelle, ou encore les arènes de Nîmes.

Christophe Dubois
Batteur, clavier et ingénieur du son, Christophe Dubois est un musicien fidèle de Calogero depuis plusieurs années.

Alors qu’il était passé à l’Arkéa Arena le 30 mars 2018 pour un concert complet, Calogero a remis cela le 2 février dernier. 11300 places vendues pour l’antépénultième date de la tournée.
Une première partie assurée par Elsa Gilles, musicienne de Calogero et qui a sorti son premier album « Eponyme » de 12 chansons le 18 janvier 2019. La douceur avant la fureur, telle pouvait être définie l’ambiance de la salle de spectacle bordelaise.

Les lumières s’éteignent et Calogero entre sur scène pour un set de 2h et 23 chansons dont 10 du dernier album. Les chansons douces et rock se succèdent, mais aussi celles à la basse ou au piano. Le public chante ensemble, et le chanteur français ne peut que constater le succès grandissant au fil des années.
Le concert ressemble à celui diffusé à la télévision sur TMC quelques jours plus tôt mais peu importe, c’est une vraie réussite. L’Arkéa Arena entre en ébullition avec les chansons « en apesanteur », « yalla », « face à la mer », « pomme C » et Calogero confirme son amour pour son public.
Que dire de l’émotion communicative sur la chanson si chère à tous « un jour au mauvais endroit », et si chère au leader du groupe, tout comme « les feux d’artifices » où les larmes ne peuvent être contenues.
Alors que le groupe quitte la scène et que tout le monde pense le concert fini sur « je joue de la musique » où il fait une nouvelle fois naviguer sa basse sur le public, Calogero revient et joue « le portrait » en solo. Une belle surprise laissant croire que l’artiste ne souhaitait pas quitter la scène bordelaise.

Il faudra donc attendre un nouvel album de Calogero pour le revoir sur scène, beaucoup de patience, mais le compositeur/chanteur/musicien pourra toujours compter sur ses fans fidèles qui l’attendront bras ouverts.

Ecrit par Loïc Cousin


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda