Bordeaux

De la couleur avant toute chose à l’Institut Culturel Bernard Magrez

Du 21 janvier au 22 mars 2020, c’est au Pavillon La Boétie de l’institut culturel Bernard Magrez que l’exposition de Matth Velvet « Standard Club » est accueillie. Une occasion parfaite pour découvrir un monde complètement haut en couleur.

Après l’artiste Rouge, c’est au tour de Matth Velvet de présenter ses œuvres aux publics bordelais. En effet, c’est la deuxième exposition d’un artiste en résidence à l’institut Culturel Bernard Magrez. Depuis le 1er mai 2019, le projet d’une résidence Street Art au nom de l’institut a vu le jour. Ces dernières années, l’établissement s’est concentré sur une nouvelle direction artistique, celui de l’art urbain. Ce projet de résidence d’artiste est donc un moyen de promouvoir le Street Art en le mettant au-devant la scène. Cette initiative permet de mettre en lumière des artistes contemporains et de faire partager leur travail au plus grand nombre. Le programme consiste à inviter plusieurs artistes, au cours de l’année, à investir un atelier dans le château de Labottière. Pendant 4 mois, l’institut met tout en œuvre afin que les artistes déversent leurs talents sur les toiles et produisent des œuvres inédites. La finalité de ce projet est bien évidement une exposition dans le pavillon La Boétie. Cela permet de donner une nouvelle forme de dynamisme à l’institut en propulsant le processus de création en son sein directement. Matth Velvet a donc été l’artiste sélectionné pour présenter sa vision de l’art et du monde.

Salle La Boétie

C’est dans les années 2000 qu’il fait ses débuts dans l’art urbain. Il est très rapidement inspiré par l’univers maritime et industriel qu’il l’entoure. C’est très naturellement qu’il se tourne vers des études d’arts appliqués tout en continuant parallèlement ses créations dans la rue. Petit à petit, il se désintéresse des graffitis, et s’attache à la peinture acrylique et à huile. Autrefois designer industriel, il va retranscrire beaucoup de son expérience sur ses tableaux et va placer l’objet au centre de ces créations. Sa peinture est surtout une description des comportements humains via les objets et l’architecture. Une particularité dans le style de Matth Velvet, c’est sa grande maîtrise des couleurs donnant un aspect rafraîchissant à ses œuvres. Dans ses projets, il met en avant des éléments intimes de sa
vie, afin de créer un monde à la fois onirique et pragmatique. Sa peinture dégage une dimension très narrative, qu’il convient aux spectateurs d’interpréter. Son travail est surtout constitué de peintures détaillées en ateliers, d’intervention rapide en ville et de peintures murales monumentales. Il a participé à plusieurs expositions dont les plus récentes sont deux expositions collectives :
- 2017 : Colab Gallery en Allemagne
- 2018 « l’Avenir » Group show, Mirus Gallery à Denver aux Etats-Unis.

Peinture extérieure car Matth Velvet aujourd’hui, ne se définit pas comme un Street Artiste mais comme un peintre

« Standard club » est une réflexion autour l’accumulation des biens matériels dans une vie. Le terme en lui-même est surtout un rappel de son ancien métier et de cette industrialisation des objets du quotidien. Il illustre à sa manière une société qui génère des produits voués à tomber rapidement en désuétude. Les œuvres présentées sont majoritairement des scènes intérieures ou il est possible de distinguer des objets en tout genre. Les peintures peuvent aborder à la fois des sujets vastes comme très mélancoliques mais elles représentent surtout une introspection dans la vie du peintre et ses idéaux. Ce qui frappe dans cette exposition, ce sont les couleurs vives et pétantes. Cette prédominance du violet, du jaune et du bleu permet une transmission d’information essentielle à l’interprétation. En plus de plaire à l’artiste, elle attire les regards et donne à cette exposition une ambiance bien plus chaleureuse. Sans oublier, cette notion du détail de la part de Matth Velvet qui peint sur des portes par exemple... Ce sont des éléments surprenants comme ceux-ci qui rendent l’exposition palpitante.

Stolen for parts huile sur hayon de VW Golf réalisé pour Courts Circuits de Rouge

Cette exposition est un moyen de se questionner sur la valeur de l’objet grâce aux points de vue d’un ancien designer industriel. Matth Velvet ouvre les portes de la réflexion sur la vision de l’objets dans nos sociétés de consommation. A travers ses expériences, il est possible de s’interroger sur l’impact environnemental et sociétal de cette activité. En plus de vouloir mettre en avant les objets et leurs usages, il y a aussi une volonté de montrer les liens qui unissent Homme et Objet. Il rafraichit donc l’image de l’Institut Culturel Bernard Magrez en offrant un univers coloré parfait pour lutter contre la grisaille de ce mois de janvier. C’est une exposition qui est ouverte du vendredi au dimanche à partir de 13 heures jusqu’à
18 heures. Il est possible d’obtenir une visite guidée mais seulement sous rendez vous. Les prix varient entre 8euros (plein tarif) et 6 euros (tarif réduit). C’est une exhibition gratuite pour les moins de 12 ans, demandeurs d’emploi et tous les premiers dimanches du mois.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda