La rentrée du Conseil Départemental

Jean-Luc Gleyse a tenu sa conférence de presse de rentrée du Conseil Départemental sur les thèmes de la proximité, de la solidarité et du service public qui dans ces temps compliqués suppléent aux déficiences des services de l’Etat.

Bien sur c’est le contexte sanitaire qui marque cette rentrée avec une Gironde qui voit le virus circuler, se retrouvant en vigilance renforcée et vulnérabilité élevée. Il a fait remarquer que "nous ne sommes pas dans le post-covid, mais dans le post confinement et la réalité du covid s’impose toujours à nous" et il a voulu s’attarder sur la manière dont le département sait répondre a cette crise sanitaire, économique et sociale. Jean-Luc Gleyse a rappelé que dès le début du confinement la collectivité qu’il préside a su se montrer active et en cette rentrée la première préoccupation reste la préoccupation sanitaire. En accord avec l’ARS et la Préfecture les mesures restent évolutives face à la situation et il faut faire preuve de souplesse, ce dont le département s’est efforcé de faire montre. Les consignes sanitaires sont scrupuleusement suivis pour les événements et pour les personnels et il y a eu quelques décisions à prendre de fermetures durant l’été qui ont été opérées avec diligence. "Il m’est arrivé de fermer des casernes de pompiers, de fermer le domaine Départementale de Blasimon, de fermer aussi une maison du Département à Bordeaux Lac" a-t’il spécifié. La rentrée s’est bien passée dans les 105 collèges girondins dans lesquels toutes les mesures ont été prises pour que cette dernière se passe le mieux possible entre désinfection, mesures barrières et distanciation physique et surtout la restauration où l’on est revenu à la restauration chaude sauf dans un seul collège. Il est revenu sur le fait qu’il avait doté chaque collège de stock de masque afin de pouvoir doter à minima chaque élève d’un masque, le jour de la rentrée soulignant dans cette affaire que la compétence régalienne de l’éducation revient à l’état car si l’école est gratuite et obligatoire, le masque est obligatoire mais pas gratuit. Il a souligné que le Laboratoire Départementale depuis la fin du confinement est disponible pour le dépistage mais que personne ne fait appel à lui ni l’ARS, ni le CHU.

Un discours volontariste du Président du Conseil Départemental

Le corollaire de cette crise sanitaire est une crise économique et sociale et si le département n’a pas de compétence économique il peut prendre part à la relance économique à travers l’investissement et la commande publique. Jean-Luc Gleyse a ainsi avancé le plan collège 2024 qui est sur une enveloppe de 640 millions d’euros d’investissement sur la construction de 13 nouveaux collèges, la réhabilitation de 10 collèges existants et sur des extensions de capacité sur des collèges existants. Il a aussi cité le plan Gironde Haut Méga qui est passé sur 800 millions d’euros d’investissement car on va bientôt fêter la cent millième prise haut débit dans le département, d’ici la fin de l’année. Il faut ajouter les travaux d’infrastructure et cette année le département est sur un investissement malgré les circonstances de 230 millions d’euros. Jean-Luc Gleyse souhaite que la relance bénéficie à l’emploi girondin, tout en restant attaché aux règles des appels d’offres, il entend bien que les entreprises locales soient concernées et des accords ont été passés avec les fédérations professionnelles. Sur le plan social il a rappelé que le Conseil Départemental était très attaché aux closes d’insertions sociales dans les marchés publics et que les marchés publiques bénéficient aux personnes en insertion professionnelle. Il a souligné que sur le plan environnemental il y avait un cahier des charges extrêmement abouti pour protéger et respecter ce dernier. Il a écrit au Président de la République pour demander à ce qu’une partie du plan de relance soit consacré au financement de projets portés par les collectivités locales et c’est à 70% que les dites collectivités financent les investissements. Pour l’instant pas un centime de l’Etat ou d’argent européen pour les investissement dans les collèges et il espère que la relance prendra en compte les besoins des départements.

Les valeurs des élus du département

La crise sociale est aussi très présente car le nombre de bénéficiaire du RSA a augmenté de 6% depuis le début du confinement et pour l’instant on ne peut pas mesurer correctement cette hausse mais elle va être indéniable. Ce sont aussi de nouveaux profils qui sont concernés, il y a d’abord les petits auto-entrepreneur qui avaient lancé leur activité juste avant le confinement et qui ne sont pas arrivés à sécuriser leur modèle économique. Il y a aussi des intérimaires, des intermittents du spectacle, des saisonniers qui se retrouvent dans le champ, des salariés qui passent d’un CDD à l’autre dans le cadre de l’uberisation du travail. Si ce filet de protection sera maintenu par le département la question du financement se pose toujours car cette délégation accordée par l’état il y a déjà un certain nombre d’années relève de la solidarité nationale et logiquement la solidarité nationale est une compétence de l’Etat, mais l’Etat n’accorde pas les subsides qui devraient accompagner cette délégation car aujourd’hui l’Etat ne fournit que 50% de ce qu’il serait tenu de fournir. L’Etat fait peser sur les départements une charge indus de cette manière les étranglant un peu plus chaque année, histoire de les pousser progressivement à la disparition malgré les propos tenus sur l’importance des territoires dans lesquels les dépenses de fonctionnement pèse sur l’investissement, tout cela ressemblant à un étranglement financier. "Nous sommes dans le juste car depuis un certain temps, il y a des valeurs qui fondent l’action départementale qui sont de solidarité, de proximité et de service public, tout ce qui a été fortement appelé pendant la période du Covid et du confinement car on nous demande d’être des élus de proximité, d’être des élus en action de solidarité et d’activer finalement le service public" a t’il conclut.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Voyage, Voyage !

Chapitres : 1 - 2 - 3
Mecarecit 2035

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
Bienvenue à Sainte Gueille

Chapitres : 1 - 2 - 3
On ne refait pas l’histoire

Nous suivre sur Facebook

Agenda