Football

Liverpool, Anfield Road cathédrale profane ...

Bien au-delà du remarquable spectacle footballistique offert lors de la rencontre de Ligue des Champions entre la légendaire équipe de Liverpool et le grand F.C. Barcelone et du plaisir ressenti par tous les amateurs et amoureux du ballon rond à l’occasion de ce très grand match, l’émotion omniprésente tout au long de cette rencontre relève aussi en grande partie de la magie des lieux, de la magie qui émane de ces stades de par le monde où rien n’est tout à fait comme ailleurs …

L’histoire du club …

Alors que les drames vécus par le club de Liverpool, le Heysel en 1986, puis Sheffield en 1989, ont cimenté la légende de Liverpool, ils ont conféré à la grande famille des Reds à travers ses chants et notamment son fameux hymne « You’ll never walk alone » une dimension tout à fait envoûtante transformant Anfield Road en une immense cathédrale laïque. Cathédrale profane habitée par une ferveur quasi religieuse, religieuse dans son sens profond, sens rarement bien connu (et bien plus souvent caricaturé), de « religare » : qui relie, qui rassemble …

C’est ainsi d’ailleurs que lors des funérailles des victimes de Hillsborough en 1989, les fans des reds habillés de rouge, entonnèrent le « You’ll never walk alone » à voix basse pour signifier à tous leurs camarades disparus qu’ils ne les oublieraient jamais …

Magie et dérives du spectacle sportif

Nombre de spécialistes se sont penchés et se penchent toujours sur ce que j’appellerai le « grand spectacle sportif », tantôt présenté comme appareil idéologique d’Etat véritable opium du peuple quels que soient les systèmes politiques, dans les pays totalitaires analysé comme un instrument au service du pouvoir, dans les pays capitalistes comme une entreprise mercantile n’obéissant qu’à la logique du profit, d’autres expliquent dans une approche fort intéressante et subtile que : « le sport c’est la guerre. Mais la guerre conçue non pas comme la menace d’un chaos, la menace d’un retour à l’état de nature, mais comme un moyen de fabriquer de la sociabilité … Selon les mêmes analyses, cette mise en scène, cette dérive pacifique de la guerre trouve sa justification dans le stade où il n’est plus question d’empêcher tout désordre, mais de calculer les limites du trouble, les limites du tolérable.

La Magie d’Anfield Road …

Tout en n’échappant à aucun des aspects plus ou moins souhaitables du sport à grand spectacle, il semble bien qu’à Anfield et pas seulement là, bien sûr, tout un peuple communie son bonheur, son privilège d’appartenir à la grande famille des Reds à travers un désir d’unité et de fraternité sportive vécue. Le spectateur novice, selon ce que l’on m’a relaté, submergé par la force des chants ne peut résister à l’intense émotion qui emplit les travées du stade, les plus fragiles seraient paraît-il quasiment envoûtés.

Tant pis pour les hommes forts ou pour ceux qui croient l’être, l’opium sous différentes formes à condition d’être bien dosé est de temps en temps fort bénéfique à de très nombreux humains … Tous ceux qui, quel que soit le lieu, ont ressenti un jour que se rassembler, communier et vibrer à l’unisson porté par une ferveur pas vraiment dangereuse, mais néanmoins intense, était source de moments de plénitude, quasi-mystiques pour certains, telles d’authentiques égrégores ésotériques.

Pas pour tous certes, mais pour tous ceux qui ont définitivement compris ou du moins admis que pour ce qui est de la ferveur, tout ne s’expliquait pas et que c’était très bien comme ça, peu importent alors les raisons profondes et peu importe le choix de la cathédrale.

Ecrit par Dominique Mirassou


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda