Bordeaux

« MISERY » aux Salinières, dure journée pour Paul Sheldon !

Au théâtre des Salinières, le public est subjugué par « Misery » une pièce de William Goldman écrite d’après la nouvelle de Stephen King (1987). L’adaptation française est de Viktor Lazlo qui était présente dans la salle à la Première ce mercredi.

Paul est un écrivain qui a réussi grâce au succès d’une série de romans dont l’héroïne se nomme Misery. Il est un peu lassé de ce personnage et rédige un livre plus ambitieux loin de ses histoires habituelles. Pour en finir une fois pour toutes avec Misery, il écrit le dernier roman dans lequel son héroïne meure. Mais alors qu’il s’est retiré dans un village pour clore les derniers chapitres de son livre, il est victime d’un accident très grave. Heureusement, il est secouru par une infirmière qui va s’occuper de lui. On est touché par la naïveté de cette femme qui se déclare être la fan N°1 de l’écrivain. Elle le sauve, redonnant la vie à celui qu’elle appelle son dieu.

Laura Luna et David Mira-Jover

Mais Annie Wilkes, n’est pas une femme comme les autres, quand elle apprend que Misery, son héroïne préférée, sa « seule amie » est tuée par son auteur, elle va sombrer dans une rage terrible. La gentille et simple infirmière se mue en une intransigeante psychopathe. Elle va user de tous ses talents de persuasion qui passent par la contrainte jusqu’au sadisme pour l’obliger à écrire un autre roman dans lequel Misery va ressusciter. Le malheureux cloué au lit devra s’exécuter. On ne rit plus, on frissonne, on sursaute et on tremble pour le héros.

Laura Luna

La mise en scène de David Mira-Jover nous enferme dans cette maison dénuée d’une quelconque chaleur qui reflète bien la psychologie de sa propriétaire ; vide et froide malgré les couleurs vives avec pour seule décoration une image de la vierge. Il a su rendre la complexité des personnages. Elle, véhémente, coléreuse, incontrôlable, lui, immobilisé avec pour seule défense son intelligence. Il campe cet écrivain qui se heurte à un phénomène qu’il n’avait sûrement pas imaginé et qu’il tente de maîtriser comme il peut. Les protagonistes sont enfermés dans cet univers désolé. Laura Luna est incroyable en Annie Wilkes, subtilement effrayante et parfois même presque attachante, on y croit et le public est fasciné. La salle conquise a applaudi un long moment la performance. Pari réussi pour le théâtre de la rue Buhan qui élargit la palette de sa programmation.

David Mira-Jover

A voir les
mardi 08 octobre 2019 - 20H30
mercredi 09 octobre 2019 - 20H30
mardi 15 octobre 2019 - 20H30
mercredi 16 octobre 2019 - 20H30
mardi 22 octobre 2019 - 20H30
mercredi 23 octobre 2019 - 20H30
mardi 29 octobre 2019 - 20H30
mercredi 30 octobre 2019 - 20H30
mardi 12 novembre 2019 - 20H30
mercredi 13 novembre 2019 - 20H30
mardi 14 janvier 2020 - 20H30
mercredi 15 janvier 2020 - 20H30
mardi 21 janvier 2020 - 20H30
mercredi 22 janvier 2020 - 20H30


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda