Bègles

Y-a-t’il un effet Worsley ?

Arrivé à l’UBB en mai 2012 à la demande de Raphaël Ibanez, depuis il a individuellement fait travailler en défense chaque joueur, d’où sa connaissance parfaite des hommes de l’effectif.

Joueur d’exception il possède une aura sans pareille, champion du Monde 2003, finaliste2007, deux fois champion d’Europe en 2004 et 2007 et quatre fois champion d’Angleterre l’homme présente un flegme tout britannique que maintenant il apprend à laisser un peu tomber sur le bord de la touche. Depuis sa prise de fonction, où il n’a pas cherché à tout bousculer mais plus à tout rassembler, à redonner confiance, à recréer l’unité au sein de l’équipe ainsi que du staff où la direction était plutôt collégiale comme le soulignait Jean-Baptiste Poux, en un mot retrouver la sérénité nécessaire à la bonne marche de l’Union. La trajectoire est plus que correcte car avec cette victoire à Castres, il accroche maintenant la médaille de l’exploit au revers de son col de survêtement de sport. Beaucoup de chemin parcouru en peu de temps et il ne lui reste plus qu’à finir l’année sur un succès à Chaban face au Racing 92 pour asseoir sa réussite. Ce match face à Castres c’est un peu le match référence qui manquait à l’UBB avec cette victoire à l’extérieur jouée pendant cinquante minutes à quatorze contre quinze ou chacun a trouvé sa place en jouant juste malgré l’adversité. Il est vrai que si on fait le total des erreurs castraises on s’aperçoit qu’ils sont vraiment passé à côté comme Spedding mangeant un essai tout fait.

La foule pour le dernier entrainement de l’année

L’UBB déjà au regard des résultats du samedi avait rétrogradé d’une place sans jouer ainsi que son adversaire du jour d’où l’importance de la rencontre que l’on a cru possiblement perdue à la sortie, justifiée de Diaby alors que l’UBB menait d’un petit point (7 à 6) avec encore cinquante minutes à jouer. Dans ces conditions périlleuses personne n’a cédé à la panique mais c’est plus une conscience collective qui s’est révélée avec la remarquable gestion de Serin et James à la charnière, le génie des relances de Buros auteur d’une remarquable cadrage débordement repoussant la défense d’Urdapilleta pour envoyer Serin plein champ servant Dubié pour l’essai qui a tétanisé les locaux. Maintenant il ne reste plus à Joe Worsley qu’a mettre la cerise sur le gâteau, mais la cerise est de taille avec le redoutable paquet d’avants des franciliens et de sa pléiade d’internationaux. Même à la maison où ils sont toujours invaincus en Top 14, les bordelo-béglais vont devoir déployer tout leur talent pour vaincre l’équipe chère à Jacky Lorenzetti qui court après un deuxième titre de Champion de France après celui acquis à Barcelone. Ce sera le duel du cinquième contre le quatrième et en cas de victoire l’UBB, celle ci terminerait l’année à la quatrième place, ce qui serait flatteur pour le plus anglais des bordelais qui vaut mieux qu’un statut d’intérimaire.

Près des joueurs

Castres Olympique : 13 (1 essai Firmin 63ème ; 2 pénalités Urdapilleta 10ème, 25ème ; 1 transformation Caminati 64ème)
Union Bordeaux Bègles : 32 (2 essais Dubié 6ème, Poirot 50ème ; 6 pénalités Serin 33ème, 40ème 44ème ,60ème ,67ème, 72ème ; 2 transformations Serin 7ème, 50ème )

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda