Bordeaux

Surclassé, les Girondins restent sous haute pression.

Les Girondins de Bordeaux affrontaient le champion de France en titre, le Paris SG, ce vendredi en match avancé de la 5ème journée du championnat au stade Chaban-Delmas. Incapable d’inquiéter leurs adversaires et logiquement fort dominé, le club bordelais s’incline sur un triste 2-0 et confirme son mauvais début de saison, et ce à quelques jours de la première rencontre de l’Eintracht Francfort en Europa League.

JPEGC’est une semaine tendu qui se termine salement. Le prêt de Plasil à Catane, non remplacé contrairement aux promesse du président Triaud, suivi d’une pétition dénonçant l’austérité imposé par la direction - signé par près de 4 000 personnes - et il n’en fallait pas plus pour rendre cette rencontre encore plus compliquée qu’elle ne l’était déjà. Pour ce choc à guichets fermés, l’entraîneur des Girondins décide d’aligner d’entrer la recrue argentine Lucas Orban au poste d’arrière-gauche et l’uruguayen Diego Rolan au centre d’avant-centre aux cotés de Cheick Diabaté. Pour le reste, ce sont les mêmes joueurs que d’habitude. Après le tifo et les papelitos du virage sud, place au terrain. Après un début de rencontre très équilibré sur un gros rythme, les débats vont tournés à l’avantage des visiteurs. Carrasso doit s’employer à plusieurs reprises tandis que l’arrière-garde parisienne gère tranquillement. A la demi-heure de jeu, Matuidi s’avance face Carrasso. Ce dernier détourne légèrement la gonfle, mais le Parisien parvient à pousser le ballon au fond des buts. Malgré la pression du PSG, le score ne changera pas jusqu’à la mi-temps, sur ce score mérité. Au retour de la pause, la physionomie de la rencontre ne sera pas modifiée. L’attaque girondine ne parvient pas à se créer d’occasions franches, les joueurs n’offrant pas de solutions au porteur du ballon et étant systématiquement repris par les stars parisiennes. L’attaque adverse pousse à plusieurs reprises le gardien bordelais, auteur d’une magnifique prestation, à retarder l’échéance, mais c’est le très remuant brésilien Lucas Moura qui vient aggraver la marque au pied du virage nord (64ème minute de jeu). En dehors du but, un problème moral vient de tomber sur le Parc Lescure : une énorme minorité voir la moitié du stade vient d’exploser sur le but parisien. A moitié vide le reste de la saison, l’antre des Girondins, le peu de fois ou elle se remplit, est composé d’un nombre trop important de supporter adverse, et trop souvent locaux et les supporteurs marine et blanc n’arrive à pas se mobiliser lors des grandes affiches. Extrêmement inquiétant à l’aube de l’arrivée dans un nouveau stade plus grand et lorsque l’on revendique plus de 300 000 "supporteurs" sur les réseaux sociaux. Après avoir demandé l’aide du virage puis du stade entier, la tribune vivante du stade lance alors un chant insensé insultant le reste du stade, se sentant probablement en minorité et presque à l’extérieur. Fin de la parenthèse extra-sportive. Rien d’autres à signaler d’important sur la rencontre, un apathique Bordeaux laisse le PSG repartir avec les trois points (0-2) et accuse désormais un retard important avec sa 16ème place et quatre petits points. Inquiétant dans le jeu avant de se rendre à Francfort durant la semaine et alarmant au classement avant de défier le FC Lorient dimanche prochain. Réponse attendue jeudi soir lors du déplacement outre-Rhin des Girondins pour y débuter sa campagne européenne.

Ecrit par Thibault Jeantieu


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Sur le même sujet





Bordeaux Gazette Annuaire

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda