Bordeaux

Déchets : nuisances ou nouvelles ressources ?

L’échoppe de la Maison écocitoyenne de Bordeaux a organisé, jeudi 13 février, un atelier autour des déchets. Le but était de savoir si ces derniers sont indéniablement des nuisances. Force est de constater qu’ils peuvent finalement être de nouvelles ressources.

La gestion des déchets est primordiale pour une ville aussi grande que Bordeaux. Ainsi les poubelles ménagères des 700 000 habitants de la Métropole sont collectées, gérées puis triées au moins une fois par semaine. Chaque jour ce sont près de 110 tournées d’agents d’entretien qui partent nettoyer les rues. Aux vues du poids astronomique que produit un bordelais en terme de déchets (550 kg par an et par habitant), la ville a voulu trouver une solution. D’abord, elle éduque les citoyens quant à la réduction de ces déchets. Au lieu de prendre des fruits et des légumes emballés, elle conseille de prendre avec soi des sacs réutilisables en tissu par exemple. De choisir un dentifrice qui n’est pas emballé… Petit à petit, cela peut avoir un réel impact positif sur l’environnement. La Métropole a aussi fait le choix de peser les poubelles des ménages et de les faire payer plus ou moins selon le poids.
Dans toutes les villes, des réunions ont vu le jour pour éduquer les habitants. Au lieu de jeter sans se poser de question, il faut savoir si cela vaut vraiment le coup. Si la réponse est non, on peut donner l’objet ou tout simplement le réparer. Énormément d’ateliers proposent de réparer toutes sortes d’appareils. Sinon, il existe aussi le compostage pour les restes alimentaires, la tonte de pelouse, le pain… Renseignez-vous auprès de votre municipalité car elle peut mettre à votre disposition gratuitement un composteur. Finalement, si l’objet a effectivement besoin d’être jeté, pensez à le recycler lorsque c’est nécessaire. Avec toutes ces actions, on pourrait faire diminuer de moitié le poids de nos poubelles ! Alors désormais, interrogez-vous avant de jeter quelque chose.

Des chiffres édifiants

Des dizaines, voire des centaines, d’alternatives ont vu le jour pour limiter les déchets. Saviez-vous que ce sont plus de 113 kg d’encombrants qui sont mis sur les trottoirs de France chaque seconde ? Pour lutter contre ce fléau, des associations proposent de récupérer gratuitement les biens dont vous ne vous servez plus. Par exemple, sur le campus universitaire de Pessac, les étudiants ou particuliers peuvent apporter des objets devenus inutiles, à la ressourcerie "Etu’Récup". Les produits peuvent ensuite être réparés et/ou customiser puis remis à la vente à des prix tout petits. Plusieurs fois par mois, l’association se rend dans une déchèterie et collecte auprès des particuliers tous types d’appareillage qu’ils étaient venus jeter. Sur une journée, ils peuvent remplir un camion entier. "Etu’Récup" propose également différents ateliers ouverts à tous. Vous pouvez venir faire réparer votre vélo, apprendre la couture, l’informatique mais aussi en savoir plus sur le mode de vie zéro déchet. À savoir que l’année dernière, ils ont récolté plus de 92 tonnes d’objets. Plusieurs applications ont aussi été lancées dans la même veine. Depuis avril 2017, Geev propose aux particuliers de donner tout ce qui ne leur sert plus. Récemment, ils ont autorisé les dons alimentaires. Afin de respecter la chaîne du froid, la viande et le poisson ne peuvent pas être donnés ; mais les fruits, les légumes et les conserves ne présentent aucun risque. Depuis le lancement, plus de trois millions d’annonces ont été postées. Le système est assez simple, vous postez une photo du bien que vous voulez donner puis les personnes proches de chez vous peuvent vous contacter. Cela peut être une bonne alternative si vous n’avez pas réussi à vendre quelque chose. Et surtout, cela évitera d’encombrer nos trottoirs.

Application Geev

Les professionnels de la restauration ont aussi tout intérêt à changer leur habitude en matière de déchets. La loi Grenelle II stipule que les restaurateurs produisant plus de 10 tonnes par an de biodéchets, sont dans l’obligation de trier ces derniers afin d’améliorer le recyclage des déchets organiques et de réduire la pratique de l’incinération. Les biodéchets constituent tous les déchets qui se dégradent naturellement dans la nature.
"Les détrivores" est une association solidaire bordelaise qui récupère et valorise les biodéchets des restaurateurs. Des bacs de collecte sont mis à leur disposition et sont ensuite emmenés dans le quartier de la Bastide afin d’être compostés. Leur souhait a été que cela ait lieu en plein cœur de la ville afin de diminuer la pollution émise par les camions qui les apportent, eux, en dehors de Bordeaux pour les incinérer. Le compost est ensuite distribué à des jardiniers urbains. Pendant un an, "les détrivores" testent cette alternative dans quatre quartiers de Bordeaux Métropole (Saint Pierre, Migron, Talence et Bouliac) pour étendre la pratique aux particuliers.

Ecrit par Margau Gonzalez


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Nous suivre sur Facebook

Agenda