Bordeaux

« Les voisins du dessus » s’invitent, s’immiscent et séduisent !

Au théâtre des Salinières s’est joué cette bouillonnante comédie de Laurence JYL « Les voisins du dessus »

Octave et de Julie, jeune couple venu de Toulouse, ont trouvé un appartement « à la campagne » en plein cœur de Paris. Le jeune homme est là pour passer son examen pour devenir notaire et s’installer. Sa jeune femme, quant à elle, parait parfaitement dénuée d’ambition. Ils sont très amoureux, mais ils sont comme on dit « vieux avant l’âge » vivant dans le mobilier démodé de « tante Aurore » avec une vision trop bien rangée de leur avenir. Tout irait bien dans l’amour et la tranquillité, mais voilà, à peine leurs premiers meubles installés, les voisins du dessus, qui se trouve être aussi leurs propriétaires vont faire irruption dans leur vie et cela de manière tonitruante. C’est un couple d’hommes, des quinquagénaires « branchés », bons vivants qui se comportent comme s’ils avaient vingt ans. Ils vont bousculer l’existence d’Octave et de Julie qui ne savent pas qu’ils ont été choisis et que leurs voisins du dessus ont pour eux un projet très important…

Les voisins du dessus

L’auteure, Laurence Jyl, est une femme de lettres française qui a été comédienne avant d’être écrivaine. Simultanément aux sorties de ses romans et biographies, elle a démarré une carrière de dramaturge avec cette première pièce « Les Voisins du dessus », créée en 1985 au théâtre de la Renaissance par Marthe Mercadier et Pierre Doris. Dans cette version, Jean Mourière qui en est le metteur en scène, a évité le piège grossier de ne faire rire que sur le style excessif du couple homosexuel, il éclaire l’histoire sur le lien affectif qui se tisse entre les protagonistes. Un tourbillonnant jeu de séduction emporte les spectateurs. Des intermèdes musicaux des années disco viennent scander joyeusement les scènes. Le temps passe très vite au rythme virevoltant de cette pièce Namo Ehah est excellent, il forme avec Grace Alexandra Guenard un couple attachant. Ils rendent crédible cette histoire et on admet le fait qu’ils aient été « élus ». Comme eux, on tombe sous le charme de Jean-Marc Cochery et de Jean Mourière qui campent deux sémillants et un peu agaçants voisins parfaitement manipulateurs, mais qui ne manquent pas de tendresse. Une grande réussite que cette pièce, qui ne s’endort pas sur les lauriers des versions qui l’ont précédée.


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Petites Annonces Bordeaux Gironde

Nous suivre sur Facebook

Agenda