Bizarre journée dans laquelle se sont télescopés des événements bien différents mais tous liés par un objectif qui reporte à 2022 à savoir la course à l’Elysée

Ce 30 novembre a vraiment commencé sur le coup de midi quand enfin celui qui faisait durer le suspense de sa candidature réelle au scrutin de 2022 a posté sur les réseaux sociaux sa déclaration de candidature. Il ne fait rien comme les autres et il s’en félicite, c’est vrai que cette déclaration en forme d’appel du 18 juin avait un côté lugubre et grave, il aurait du aller à Londres pour la faire et l’analogie eut été complète. Elle a beaucoup circulé et l’équipe de l’outsider a avancé dans la soirée qu’elle avait été vue un million de fois. On ne va pas contester ces dires, mais le plus curieux de cette affaire c’est l’épisode de TF1 dans la soirée ou les français devant leur assiette à soupe, ont assisté à l’interview du candidat par Gilles Bouleau qui aurait pu se terminer par un "crépage de chignon" mais comme l’a souligné la presse unanime, ils n’ont été bon ni l’un, ni l’autre dans cette affaire qui a glissé sur le terrain de la polémique avec une attaque virulente du polémiste-candidat ou du candidat polémiste contre le journaliste. Si c’est le ton général de la campagne on va être curieux pour une fois de ce qu’il se passe. Entre ces deux épisodes ont a eu droit à l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker en espérant que la présence de son cénotaphe mettra un peu de gaité dans ce lieu de grande gravité et peut être que sa visite s’en verra augmentée.

Joséphine Baker au Panthéon

Quarante-six ans après sa mort en 1975, Joséphine Baker est revenue en pleine lumière ce 30 novembre en entrant au Panthéon pour y rejoindre les grandes figures françaises grâce à sa vie "incroyable" d’artiste de music-hall, de résistante et de militante antiraciste, car pour le pouvoir englué dans les rebonds de la crise sanitaire, un petit coup de pub, cela ne fait pas de mal. La soirée s’est terminée par la dernière confrontation sur France 2 entre les cinq candidats que doivent départager les militants encartés au vote électronique d’ici le 5 décembre qui va nous annoncer l’heureux ou l’heureuse élue. De toute manière en regardant cet échange parfois un peu viril mais toujours correct on avait sur le petit écran, si par cas le candidat ou la candidate LR était porté(e) au pouvoir les personnages majeurs d’un futur gouvernement et on peut facilement imaginer un Ciotti à l’intérieur, un Juvin à la santé, un Bertrand en premier ministre, un Barnier aux affaires étrangères voir une Pécresse à la justice. Franchement quand on regarde ce quintet, s’ils savent jouer groupé, ils ont l’avantage de constituer un vrai gouvernement de politiques chevronnés et cela risque de déménager car pour les cinq, il faut battre Macron et accessoirement Marine Le Pen. Il se sont globalement prononcé pour un gouvernement resserré, trouvant qu’il y a trop d’illustres inconnus qui ne servent pas à grand chose et que le vedettariat n’y aurait pas sa place comme aujourd’hui et franchement entre deux avocats Dupont-Moretti et Badinter, y a pas photo !

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3
Secret de famille

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Chapitres : 1 - 2 - 3
La chaise vide

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Nous suivre sur Facebook

Agenda