Bordeaux

Longuépée n’est apparemment pas une fine lame

Conspué avec sa démission demandée par deux à trois mille personnes massées sur la place de l’Hôtel de Ville, Frédéric Longuépée se trouve dans une situation compliquée avec l’abandon de KingStreet.

Les Girondins de Bordeaux, chef d’oeuvre en péril comme cela a été avancé dans la chaîne l’Equipe et c’est vrai que c’est une des plus anciennes équipes du championnat de France avec le Club Omnisport fondé en 1881 et la section football ouverte en 1910 et réouverte en 1919, devenue professionnelle en 1937. L’heure est grave car il n’y a guère de solution entre rester en ligue 1 ou repartir en troisième division. C’est pourquoi ce rassemblement a aussi demandé aux joueurs en déplacement de faire le maximum pour l’emporter car ils ont entre leurs pieds le destin des Girondins et pour les Ultras ce qui compte c’est le sportif et non le commercial. Ils reprochent essentiellement à Longuépée de ne pas avoir été correct et de n’avoir pensé qu’à faire du fric avec la marque Girondins en dépossédant le club de son logo qui avait droit de citer sur tous les stades de la planète foot-ball. Avec l’arrivée de KingStreet, les Ultramarines 1987 avaient prévenu que le risque de dérive était important avec l’unique objectif de "faire du fric" avec le nom Bordeaux et d’oublier le côté sportif. L’organisation du foot européen n’a rien à voir avec la conception du sport aux Etats-Unis avec ses ligues fermées où le seul objectif c’est du spectacle et du fric. En France comme en Angleterre les clubs font partie de la vie d’un territoire et appartiennent à ce territoire avec leur histoire et leurs supporters, ceci a été démontré très récemment avec l’extraordinaire gamelle du Président du Real Madrid qui croyait pouvoir monter sa propre Ligue fermée et c’est lui qui a du la fermer.

Florian Brunet et Marc Bevillar au micro

Dans les propos des organisateurs du rassemblement, il y en a eu pour tout le monde en commençant par Joe DaGrosa qui a été qualifié de beau parleur et d’escroc car en fait KingStreet c’est juste une boite postale en France, c’est DaGrosa qui a installé Longuépée et en toute logique KingStreet devrait plié bagages avec le président désigné par eux dans les dits bagages. En fait comment pouvait-on espérer faire de l’argent avec les Girondins car le foot ne rapporte rien et souvent cela coûte à leur propriétaire. Aujourd’hui les Ultramarines 1987 considèrent qu’on est face à un champ de ruines d’autant que la période entre Covid et l’affaire Médiapro qui a ébranlé le foot français, n’est pas la plus favorable au développement des clubs qui ont du mal à faire la soudure. C’est à se demander si les Girondins ne sont pas la première victime d’une succession de dévissages car de nombreux clubs sont en difficultés comme Marseille, Saint-Etienne, Nantes, Lens... Nicolas de Tavernost a eu aussi droit à la fureur des intervenants qui considèrent qu’il n’est arrivé à la tête des Girondins que pour pouvoir permettre à M6 d’accéder aux retransmissions TV et une fois l’affaire faite, il s’est empressé de vendre. Il devrait s’excuser et réparer car c’est lui qui a fait rentrer les américains dans la boucle en affirmant que les repreneurs étaient fiables, fiabilité qui aujourd’hui vole en éclats. Alain Juppé a eu droit à sa couche car d’après les Ultramarines 1987 quand ils l’ont rencontré, ce dernier a avoué ne pas être au courant de ce qui se passait aux Girondins ce qui semble énorme alors que l’opposition savait et était contre cette transaction.

Les supporters se considèrent comme étant les Girondins

Les relations sont au plus mal entre Longuépée et les Ultramarines 1987 qu’il accuse d’avoir créée une affiche du style Wanted qui serait un appel à la haine à son égard. Plutôt maladroit et preuve d’un certain manque d’humour même si l’affiche n’a rien de complaisant vis à vis de sa personne et du coup il a porté plainte, les Ultramarines précisant que le pamphlet n’est pas leur oeuvre. Il est indéniable que depuis qu’il est arrivé Longuépée ne supporte pas les critiques des supporters qui se considèrent comme étant les Girondins face à ce parisien qui vient faire la loi dans une région et surtout une ville qu’il ne connait pas et par laquelle il n’est pas accepté. Dans le football c’est un peu toujours la même chose, si on n’est pas du cru l’adoubement est difficile. Toujours est-il que cette situation affecte Zinédine Zidane pour qui Bordeaux est son club de cœur et qui souhaite que les Girondins se sortent de ce guêpier ce qui n’est pas évident. Pour l’instant KingStreet assure le quotidien jusqu’à la fin de la saison et l’essentiel dans cette période ce sont les résultats sportifs car personne ne voudra acheter un club qui descend. C’est pourquoi ce rassemblement avait aussi pour objectif de réaliser une petite vidéo à envoyer aux joueurs pour les motiver pour leur rencontre face à Lorient. Aux dernières nouvelles il y aurait un repreneur, étranger encore une fois qui serait sur les rangs. Affaire à suivre.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur et rédacteur en chef de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Querelle de voisinage

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Mascarade

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Cordélia et son fantôme

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Brunissande et Esclarmonde

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Vendanges et Immortalité

Nous suivre sur Facebook

Agenda