Rugby

Un Urios un peu esseulé dans sa vision des choses

L’UBB et le Stade Toulousain ont perdu leur rencontre sur le tapis vert et si pour Toulouse, c’est la levée de boucliers (pas de Brennus), Christophe Urios à sa connaissance, a du mal, a y voir un scandale.

C’est vrai que l’UBB ne réunissait pas les conditions sanitaires imposées par la règle anglaise alors que le Stade Toulousain pouvait présenter une équipe et au regard du classement l’UBB était moins menacé occupant une place devant Toulouse, place due à l’excellent match produit face au gallois gagné avec le bonus offensif. L’avenir de Toulouse était suspendu au résultat de Castres qui a bien failli priver les toulousains de huitième de finale, il s’en est fallu de peu car les Castrais ont réussi une partie d’anthologie face aux Harlequins, ils méritaient de gagner. Cette rencontre devrait amener à se méfier du match de samedi prochain où l’UBB reçoit les castrais à Chaban, cette équipe qui héberge un de nos anciens ouvreurs est capable de tout à l’extérieur même de se faire voler le gain du match comme cela s’est produit face aux Harlequins. Le plus inattendu du coup avec sa belle prestation, c’est le Stade Français qui est lui aussi qualifié pour les huitième. Donc il y aura sept clubs français dans cette phase finale des huitièmes en aller et retour avec des tirages au sort à partir des classements du type Top 14 réunissant des clubs français dont un Racing 92/Stade Français et un La Rochelle/UBB alors qu’en général les clubs préfèrent rencontrer des clubs de l’autre côté du Channel.

En tout état de cause l’annulation du match de Toulouse a semé l’émoi de la ville Rose avec le président Lacroix à la capitale ou le ministère s’est ému de cette décision. Il y a de nombreux arguments avancés pour critiquer ce choix et le ministère en réfère à l’article 9 du protocole de l’EPCR qui n’a pas été respecté dans ce cas précis, l’EPCR transgressant sa propre loi. Et si l’on peut comprendre que le président du Stade Toulousain soit furieux de cette décision inique, l’affaire prend un tour autrement plus important quand le ou les gouvernements s’en mêlent. Il faut dire qu’en terme de réactions tout le monde s’y est mis aussi bien le président de la LNR que le président de la FFR. On s’aperçoit ainsi que cette histoire de Covid altère le discernement de tout le monde a commencé par des instances qui s’assoient sur leurs propres règles rendant toujours plus obscure la manière dont ce genre de problème est traité entre match nul et match perdu. Le président de la LNR, René Bouscatel n’en veut nullement à Christophe Urios car il considère que ce dernier ne connait pas la règle applicable et le président de la LNR a l’appui du Ministère. Dans cette histoire ou les relations vont se tendre entre la LNR et l’EPCR avec l’affaire qui devrait être portée devant les tribunaux selon ce qui a été avancé il ne faudrait pas que le conflit dégénère.

Ecrit par Bernard Lamarque

Co-fondateur de Bordeaux Gazette


Recherche

Nous suivre

Vous pouvez nous suivre sur les différents réseaux sociaux ci-dessous!


Newsletter!

Recevez directement le nouvelles actualités de Bordeaux Gazette.

Bordeaux Gazette Annuaire

Et si je vous racontais...

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Et cum animo

Chapitres : 1 - 2 - 3
Une Vie de Chat

Chapitres : 1 - 2 - 3
Les Danseurs

Chapitres : 1 - 2 - 3
Secret de famille

Chapitres : 1 - 2 - 3 - 4
Chloé n’est pas ce qu’elle croit

Nous suivre sur Facebook

Agenda